Lutte contre la corruption internationale – the never ending story

Genève, Schulthess, 2011

Cet ouvrage reproduit les exposés présentés lors d’un colloque consacré à la lutte
contre la corruption, qui continue à se heurter à des obstacles importants,
nonobstant les efforts entrepris. Paul H. Dembinski met en évidence le lien entre
la corruption et le processus contemporain de dégénérescence de l’ordre social
basé sur les notions de devoir et de conscience. Ursula Cassani examine le droit
pénal international et suisse en matière de corruption, en mettant en exergue les
lacunes qui contribuent à la faiblesse de la répression. Les risques extra-pénaux
liés à la corruption et aux relations avec des personnes politiquement exposées
pour les intermédiaires financiers sont analysés par Anne Héritier Lachat. Les
initiatives prises au sein de l’Union européenne, quant à elles, sont décrites par
Valsamis Mitsilegas, qui met en exergue le caractère diffus et fragmentaire de la
lutte contre la corruption.

Les difficultés et limites de l’entraide internationale en matière pénale, ainsi que
les risques sous l’angle des atteintes aux libertés individuelles, font l’objet de
l’analyse proposée par Maurice Harari, tandis que Mark Pieth tire les leçons des
travaux de la commission d’enquête internationale « Oil for Food ». Bernard
Bertossa présente la nouvelle loi suisse sur la restitution des avoirs illicites, pour
en mettre en évidence les contradictions et limitations. Enfin, Christine Chappuis
explore la portée actuelle et l’extension possible du recours aux instruments relevant du droit privé.

Accéder à la publication